Forum RPG basé sur la série Teen Wolf et plus particulièrement sur la saisons 3B, à la clé tout un tas de loups-garous et d'autres espèces surnaturelles
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Druids wanted

Les druides sont en sous-nombre, veuillez privilégier ce groupes.
Les banshees ne sont plus acceptées.
Top-site

N'oubliez pas de voter toutes les deux heures pour LyM.
Retrouvez le sujet par-là

Partagez | .

« Walk under the Moonlight » ✖ Stiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mer 16 Avr 2014 - 16:28
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
La forêt n’était pas un endroit que j’affectionnais particulièrement, et ce malgré le fait que je sois, du haut de mes dix-sept ans, une professionnelle de toutes les plantes – ou presque – qu’on pouvait y trouver. Vous me demanderez alors ; pourquoi n’étais-je pas fan de ces lieux pourtant synonymes de paix dans l’imaginaire collectif ? Eh bien justement parce que l’imaginaire collectif a tort, tout simplement. Oui, la forêt peut paraître jolie, voire même mystérieuse, vu de l’extérieur. Mais une fois qu’on sait ce qui peut se cacher entre les arbres … On devient tout de suite plus méfiant, plus réfractaire à l’appel de la nature. Ne vous méprenez pas, je n’ai absolument rien contre Mère Nature, bien au contraire. On peut juste dire que je me méfie de son sens de l’humour. Déjà parce que je suis un peu maladroite ; tellement prise dans mes recherches de la plante dont j’ai tant besoin, je ne fais pas toujours attention où je mets les pieds et il n’est donc pas rare que mon pied se prenne dans une racine, m’envoyant m’écraser dans les feuilles mortes de manière tout à fait lamentable. Et encore, j’ai, la plupart du temps, la lumière du soleil pour m’aider. Les rares fois où j’ai dus m’aventurer dans la forêt à la nuit tombée, je suis rentrée chez moi les genoux et la paume des mains pleins d’écorchures. Puis il ne faut pas oublier les créatures qui rôdent dans l’ombre. Je ne suis pas sûre qu’il y en ait à Beacon Hills, toutefois de nombreux faits étranges ont eu lieux ici même et je ne peux que soupçonner ; je n’ai pas de preuves pour appuyer mes propos et comme je ne désire pas m’attirer d’ennuis inutiles, je préfère faire profil bas.
Enfin là n’est pas la question. Que je le veuille ou non, ce soir je suis condamnée à errer telle une âme en peine entre les arbres pour chercher la plante que m’avait réclamée ma mère, plus tôt dans la journée. Ce soir, ma mission est de ramener du lierre grimpant. Magnifique … Vous pouvez remarquer ici la formidable ironie dont je fais preuve. Ce n’est pas que le lierre grimpant est difficile à trouver en soi, c’est même l’exact opposé ; ce doit être la plante la plus répandue de tous les Etats d’Amérique. Elle pousse presque partout et il lui suffit de peu pour se sustenter. Vraiment, ce n’est pas difficile à trouver. Non, mon problème actuel est ailleurs. Et ce problème se prénomme même M. Harris, professeur de physique et de chimie au lycée de Beacon Hills , qui a eu la joyeuse et superbe idée de nous donner une quantité de devoirs considérable à faire pour le lendemain. Sachant pertinemment qu’après ma balade dans la forêt je ne serai pas d’attaque pour faire la demi-dizaine d’exercice qu’il nous avait donné, j’ai préféré les faire avant de partir. Peut-être aurais-je mieux fait d’aller chercher le lierre avant … Mais là, il est trop tard pour reculer. Et j’ai promis à ma mère le matin même qu’elle l’aurait d’ici demain. Ah … Moi et mon âme généreuse.

C’est donc à presque vingt-deux heure que je prends le chemin de la forêt, une veste en cuir sur le dos et armée d’une lampe de poche. Je prends les clefs de la voiture familiale qui trainent fièrement sur le meuble à côté de l’entrée et annonce à la cantonade que je vais effectuer ma corvée. Seul mon père me répond, me demandant d’être prudente et de garder mon téléphone allumé en toute circonstance. Après lui avoir promis que c’est ce que je ferai, je referme la porte derrière moi et m’avance vers le SUV, les mains dans les poches de ma veste. Un frisson me parcourt l’échine. Brrr, on a beau être au mois de mars, on pourrait presque croire que l’hiver ne fait que commencer. Rapidement, j’ouvre la portière du côté conducteur, lançant au passage la lampe de poche sur le siège passager, et m’installe dans la voiture. J’attache la ceinture de sécurité et ajuste le rétroviseur avant de mettre le contact. Ceci fait, je suis fin prête pour mon escapade nocturne. Je m’engage donc sur la voie, et ne tarde pas plus pour prendre la direction de la forêt.
La route étant dégagée, le trajet ne prend pas plus d’un quart d’heure, ce qui est assez agréable. J’apprécie de conduire sur les routes désertes, cela me donne l’impression que le domaine m’appartient totalement, aussi ridicule cela puisse-t-il paraître. Et puis, ça change des routes embouteillées. Car même si Beacon Hills est une petite ville, elle a aussi son lot de chauffards qui ont trouvé leur permis dans une pochette surprise et qui sont donc capables de créer des embouteillages phénoménaux. Mais changeons de sujet et revenons-en à nos moutons. Je viens d’arriver à destination. Je gare précautionneusement la voiture, sachant que si je venais à l’érafler, les frais pour la carrosserie seront totalement à ma charge.

Une fois sortie de la voiture et la lampe de poche en main, je ne tarde pas à me mettre en marche. Je fais bien attention à ne pas trébucher sur n’importe quoi, et scrute en même temps le tronc des arbres pour essayer d’apercevoir l’objet de mes désirs. Je ne fais que cela pendant quelques minutes, mais je suis obligée d’interrompre mes recherches quand je sens mon téléphone vibrer dans ma poche. Un peu surprise, je jure malgré moi et l’extirpe de sa cachette. J’appuie sur la touche pour le déverrouiller et soupire quand je vois que ce n’est qu’un message stupide de mon frère. Ah, si je pouvais l’étriper … Je le ferai volontiers. D’ailleurs, pourquoi n’est-il pas à ma place celui-là ? Il ne travaillait pas aujourd’hui ! Je me dépêche de lui répondre, l’envoyant balader rapidement, avant de reprendre mes recherches.
Seulement, je m’arrête rapidement alors qu’un bruit sec parvient à mes oreilles. Je retiens ma respiration, inquiète. Je suis certaine que je ne suis pas à l’origine de ce bruit. Ce qui voulait dire que c’est quelqu’un – ou quelque chose, m’indique une petite voix perfide dans mon esprit – d’autre qui est à l’origine de ce bruit. Réprimant difficilement un frisson d’angoisse, je fais le tour de la clairière dans laquelle je me trouve actuellement, toujours armée de ma lampe de poche, et espère ne pas me faire repérer. Un autre bruit retentit alors, comme si quelqu’un – ou quelque chose – venait de tomber. Je fronce les sourcils, un peu tendue par cette situation imprévue, et m’avance vers l’endroit d’où provient le bruit. La voix forte et déterminée, je prends la parole avant même de voir ce qui peut bien se passer.
« Qui est là ? Et que faîtes-vous ici ? »
Adieu Meredith timide et réservée du lycée, bonjour Meredith fille d’émissaire et druide en devenir. Ici, je me sens en pleine possession de mes moyens et je ne compte pas me faire impressionner facilement. Mais cela ne veut pas dire que je ne suis pas prudente ou plus idiote que d’habitude, bien au contraire. En cas de besoin, je tire mon téléphone de ma poche, prête à composer le numéro de l’un de mes parents ou même de mon frère en cas de besoin.
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Sam 19 Avr 2014 - 13:27
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



T'es du genre très doué quand il s'agît de se mettre dans le pétrin, ça c'est un trait de caractère que l'on ne peut pas tenlever. C'est comme ça depuis que tu es tout petit. Ça exasperait ta mère, qui avait toujours peur de te laisser seul, au risque de te retrouver accroché en haut d'un arbre ou enfermé dans le coffre de la voiture de patrouille de ton père – ce qui l'air de rien est arrivé une ou deux fois – en grandissant, tu n'as pas perdu cette spécificité, bien au contraire, Scott en est la preuve vivante. Depuis qu'il est devenu un loup-garou – un peu à cause de toi – tu es devenu la cible préférée de toutes les bestioles étranges qui peuplent Beacon Hills. T'as vraiment l'impression d'être devenu le Robin de Batman, celui qu'on capture quand on veut atteindre le héro. Et franchement, ça ne te plaît pas tant que ça. Jouer les jeunes princesses en détresse, très peu pour toi. C'est d'ailleurs pour cela que tu t'es décidé à faire tout un tas de recherche sur les êtres surnaturels et sur les plantes. Tu as vu Deaton faire des choses extraordinaires avec, ce n'est donc pas une mauvaise idée de savoir t'en servir, ça pourrait te sauver la vie un de ces jours ou peut-être même celle de ton meilleur ami.

D'ailleurs, t'as réussi à trouver quelque chose d'intéressant dans un bouquin que tu as déniché à la librairie du coin. Il parle d'une plante, qui ne pousse qu'à un certain endroit qui pourrait être utile pour prévenir les interventions d'êtres surnaturels. Ça peut être utile, au moins autour de chez toi, pour protéger ton père. Il te fallait donc aller dans la forêt pour essayer de trouver cette fameuse plante. Cependant, t'étais resté jusqu'à tard sur le terrain de cross avec Scott, il voulait s'entraîner et toi, tu gardes toujours au fond de toi, l'espoir de quitter le banc de touche un jour pour pouvoir jouer avec le reste de ton équipe. Puis t'entraîner avec Scott c'est plutôt cool, même si ça devient vite énervant, puisqu'il arrive à arrêter toutes tes balles sans effort et qu'en plus de ça, il manque régulièrement de te déboîter une épaule avec l'une des siennes. Rien que ça. Tout ça pour dire que t'as quitté le terrain plutôt tard, mais impatient comme tu es, tu n'as pas pu te retenir d'aller faire un tour dans la forêt pour aller voir de quoi parlé ton livre.

Tu montes donc dans ta jeep et galère un peu à la faire démarrer, la pauvre, elle se fait vieille et elle est parfois capricieuse. Après quelques essais, elle finit quand même par démarrer. Tu roules jusqu'à l'orée de la forêt et fouille dans ta boîte à gants pour trouver une lampe torche, t'es sûr d'en avoir une là-dedans. T'arrive enfin à la trouver et tu sors pour aller chercher ceux pourquoi tu es là. Tu sais très bien que tu ne devrais pas aller te balader tout seul dans la forêt comme ça. Tu prends des risques, mais la pleine lune est loin, tu ne risques pas de croiser de loup-garous affamé ce soir, du moins tu l'espère. Tu cherches bien pendant plus d'une demi heure, mais pas moyen de mettre la main sur cette satané plante. Quand soudain t'entend un bruit. Ça te fait sursauter et t'attrapes ta lampe, comme un sabre laser. Dark Vador n'a qu'à bien se tenir. Puis t'entend une voix, tu l'a connais. Tu arques un sourcil, qu'est-ce qu'elle peut faire ici. «  Meredith ? C'est toi ? Qu'est-ce que tu fais là ? » tu t'approches d'elle, enfin t'essaie de la trouver.



made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Dim 20 Avr 2014 - 12:19
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Mes doigts se resserrèrent considérablement sur le manche de ma lampe torche lorsqu’une voix familière parvint à mes oreilles. Je ne m’attendais absolument pas à entendre la voix de Stiles dans la forêt à la nuit tombée. Surprise, ah ça oui je l’étais. Mais pas suffisamment pour être déstabilisée. Je n’allais pas baisser ma garde, même s’il s’agissait là de quelqu’un que je connaissais, qui se rendait au même lycée que moi. Il n’avait pas l’air bien méchant, bien au contraire même. Cependant je ne pouvais pas me permettre de me laisser attendrir dans ce genre de situation ; j’avais souvent entendu la célèbre phrase ‘’les apparences peuvent être trompeuses’’ et j’étais une des mieux placée en ce bas monde pour le savoir. Alors oui Stiles pouvait avoir l’air insouciant et chaleureux, cependant cela ne voulait pas dire qu’il n’avait pas d’arrière-pensées. Peut-être était-il même un loup-garou ou une autre créature, même si j’en doutais au vu de certaines maladresses dont je l’avais vu être la victime. Je n’avais pas de moyens pour vérifier s’il était humain ou non maintenant, et je ne pouvais décidément pas lui demander s’il était humain comme cela, de but en blanc. Car s’il l’était bel et bien, j’allais très certainement passer pour la folle de service.
Je dirigeai ma lampe torche vers l’endroit où il me semblait avoir entendu la voix de Stiles. Je déglutis difficilement, ignorant sa question quant à ce qui m’avait poussé à venir ici aussi tard. Je fis quelques pas en avant, prudente, et m’arrêtai. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais pouvoir lui dire, ou même répondre. Peut-être que je n’allais même pas lui répondre d’ailleurs, j’avais posé la question en première après tout, s’il ne m’expliquait pas ce qu’il faisait ici aussi tard, je n’avais aucune raison de lui offrir la moindre explication. Cependant, cette bonne résolution ne faisait rien pour calmer la nervosité qui m’avait envahi lorsque je m’étais rendue compte que je n’étais pas seule. Je me mordis distraitement la lèvre inférieure pour tenter de rester calme, le cœur battant tout de même un peu plus vite que d’habitude. J’ôtai ma main de ma poche où se trouvait mon téléphone, ne pensant pas qu’il y ait un danger immédiat, il n’était donc pas nécessaire d’alerter qui que ce soit. Le silence qui s’était installé entre nous était quelque peu pesant, étant donné que je n’avais pas encore répondu à l’adolescent, et entrepris donc de le briser de manière tout à fait simple.
« Stiles … ? Il est tard. Tu ne devrais pas être ici. »
Je me doutais que pour lui, cette réponse devait paraître bien ironique. Après tout, j’étais – à ses yeux – juste une adolescente à l’allure assez frêle. Ni plus ni moins. Qu’allais-je bien pouvoir inventer pour le garder dans l’ignorance ? Ou tout du moins pour éviter d’éveiller ses soupçons ? Je n’avais pas particulièrement envie de m’attirer des ennuis. D’autant plus que je n’étais pas tout à fait seule ; avec moi il y avait Harry et mes parents. Je ne pouvais décemment pas me permettre de prendre le risque de les mettre en danger. S’il n’y avait eu que moi, je n’aurais pas été si inquiète.
Cela ne m’empêcha toutefois pas de faire un autre pas en avant, ce qui me permit de voir enfin la silhouette de Stiles dans la pénombre. Je dirigeai le faisceau de ma lampe dans sa direction et plissai les yeux pour mieux le voir. Il n’avait pas l’air bien agressif ou même dangereux, ce qui eut le don de calmer un petit peu mon inquiétude. Stiles n’était pas méchant, il fallait que je cesse d’être paranoïaque. J’inspirai profondément avant de regarder autour de nous, attentive à ce qui pouvait se passer autour de nous.
« Tu ne devrais vraiment pas être là, Stiles. Tu n’as pas entendu les nouvelles ? Ton père est pourtant le shérif … Les animaux sauvages, tout ça ? »
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mar 22 Avr 2014 - 3:15
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



T'as vraiment un don pour choisir les situations les plus étranges et souvent les plus dangereuses pour toi. Elles t'attirent comme un papillon de nuit avec la lumière, c'est impressionnant. T'aurais très bien pu aller dans cette forêt une fois le jour levé, mais non, tu ne pouvais pas attendre, il fallait que t'y ailles maintenant. Résultat, tu te retrouves dans la forêt en pleine nuit. Pourtant, tu sais très bien ce qui peut s'y cacher la nuit – le jour aussi d'ailleurs – tu es insupportable, mais bon, t'es au courant c'est déjà ça. Puis tu es armé d'une lampe torche, que peux-t-il bien t'arriver ? Ça ne sert à rien d'être parano. Non, non, non, ce n'est pas comme s'il t'arrivait toujours un tas de truc. La plupart des gens te traiteraient d'inconscient et ils n'auraient peut-être pas tort, mais tu préfère ne pas y penser. De tout e façon, maintenant que tu y es, tu ne va pas faire demi-tour.

Tu t'enfonces donc dans les bois, à la recherche d'une plante que tu n'es même pas sûr de reconnaître en réalité. Mais t'es vachement têtu quand tu veux et quand t'as une idée en tête, c'est compliqué de te l'enlever. Toutefois, tu ne t'attendais pas à ce que tu ne sois pas seul ici, à cet heure. Tu sers ta lampe torche, comme si elle pouvait t'être utile si tu te faisais attaquer par tu ne sais quoi. Il suffit d'y croire. Ouais, pas sûr cette fois. T'es légèrement rassuré quand tu reconnais la voix de Meredith, même si rapidement tu te poses tout une tonne de questions. Qu'est-ce qu'elle peut bien faire ici ? Il est tard, on est pas sensé se balader ici à une heure pareille, sauf si on est totalement barge et inconscient, un peu comme toi. La jeune femme t'avais paru plus seine d'esprit que toi. Comme quoi les apparences sont souvent trompeuses. Tu te retiens de rire quand elle te dis que tu ne devrais pas être là vu l'heure. Étrangement, tu pensais la même chose d'elle. C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. « Je te retourne le conseil. » lâche-tu avant même de pouvoir t'en rendre compte. Parfois, ta bouche fonctionne plus vite que ton cerveau, donc il t'arrive de parler avant même d'avoir eu le temps de réfléchir à ce que tu allais dire. Puis de toute façon, vu l'heure avancée ton cerveau est incapable de traiter correctement les informations, tu devrais déjà être dans ton lit là.

Puis elle se met à te parler des animaux qui deviennent fous etc. bien entendu que tu es au courant,  en plus d'être le fils du shérif t'as tendance à te retrouver toujours au milieu de ces phénomènes un peu bizarres, c'est d'ailleurs bien pour ça que tu ne t'inquiètes pas. Enfin, pas tout à fait. Puis elle est bien culotté de te sortir ce genre d'arguments, elle aussi elle est ici et elle encourt les mêmes risques que toi, alors pourquoi tu n'aurais pas le droit d'être là, mais elle si. «Tu te rend compte quand même que tu me conseilles des choses que toi tu ne suis pas ? Toi aussi, tu as du entendre les nouvelles, donc t'es aussi folle que moi de e trouver ici. Alors à quoi bon me faire la moral ? »



made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mer 23 Avr 2014 - 13:29
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Je ne savais pas trop sur quel pied danser avec Stiles, il n’était pas le genre de personne à faire profil bas lorsqu’on lui disait quelque chose qui ne lui convenait pas. Je ne voulais pas qu’il dise ‘’Amen’’ à tout ce que je disais, mais plutôt qu’il … comment dire ? Qu’il lâche l’affaire, dirons-nous. je n’avais guère envie de me dévoiler ; je n’étais pas à l’abri de me trahir ainsi que ma famille sans le vouloir. La fatigue commençait à se faire ressentir, il n’était donc pas impossible qu’un mot malheureux m’échappe. Ce n’était pas quelque chose qui pourrait s’effacer facilement, croyez-moi. J’avais plusieurs fois imaginé comment les humains ignorants pourraient réagir à l’annonce que le surnaturel était quelque chose de plus réel que ce qu’ils pouvaient croire. J’avais vite arrêté d’imaginer quand je m’étais rendue compte que ce ne serait probablement pas une réaction des plus positive. Il valait donc mieux éviter d’ébruiter la chose. De plus, Stiles n’était pas ce qu’on pouvait appeler quelqu’un de discret ; énergique, il était difficile de ne pas le voir lorsque l’on parcourait les couloirs de lycée. Je l’avais déjà vu plusieurs fois avant de lui adresser la parole, pouvant apercevoir au loin ses mimiques puériles et son comportement extraverti. Quand bien même je me sentirais en totale confiance avec lui, il parlait tellement que je n’étais pas certaine qu’il soit capable de garder ce genre de choses pour lui ; l’information risquait de lui échapper bien malgré lui.
Ma lampe toujours braquée sur lui, je le fixais d’un regard méfiant et suspicieux. Mes conseils se retournaient à présent contre moi ; j’aurais dus réfléchir d’avantage avant de parler. Les animaux sauvages n’allaient pas faire de chichi ; fille ou garçon, ils ne faisaient pas de différence. Je ne pus m’empêcher de mordiller ma lèvre inférieure, signe de ma nervosité et de mon mécontentement. Je devais absolument ramener du lierre à ma mère, j’allais me faire tirer les oreilles. Chose que je préférerais éviter après une journée de cours, une partie de soirée de devoirs et une escapade nocturne. Je me devais donc de trouver une explication pour expliquer ma présence en ces lieux. Je devais mener à bien la tâche qui m’avait été confiée, et même si Stiles me mettait inconsciemment des bâtons dans les roues. Et contrairement à ce qu’il pouvait croire, je n’étais pas aussi sans défenses qu’on pouvait le croire lorsqu’on me voyait pour la première fois. Je fis une moue un peu contrariée alors que Stiles me mettait face à l’illogisme de mes conseils. Je lâchai un soupir las, détournant le regard quelques instants, cherchant à me dépêtrer de cette situation plutôt inconfortable.
« C’est pas le fait que j’te fasse la morale, Stiles … J-je cherche juste quelque chose, j’en ai pas pour longtemps … »
Bravo Meredith, niveau explication il n’y avait pas mieux, c’était certain. J’avais la subite envie de me cogner la tête contre l’arbre le plus proche. J’aurais mieux fait de partir dès que j’en avais eu l’occasion plutôt que de m’attarder ici. Mon frère allait très certainement s’inquiéter que je ne sois pas déjà rentrée ; je lui donnais un quart d’heure gros maximum avant qu’il ne m’appelle complètement angoissé à l’idée qu’il me soit arrivé quelque chose. L’ombre d’un sourire étira le coin de mes lèvres. Ahah, peut-être que je ne répondrais immédiatement, juste pour le faire stresser un peu plus. Je me dépêchai toutefois de dissimuler mon sourire derrière un masque impassible, essayant de ne pas passer pour une folle aux yeux de mon interlocuteur.
Je fis un pas sur le côté, m’éloignant du jeune homme. Je regardais autour de moi pour essayer de repérer l’objet de mes convoitises. Le faisceau de ma lampe torche n’illuminait que des troncs d’arbre dénués de toute végétation, si ce n’était une épaisse couche de mousse. Génial, j’en avais encore pour un moment. J’hésitai un moment à abandonner Stiles sans préambule, toutefois ma morale eut raison de moi et je me retournai vers lui, l’air un peu divisé. Je m’éclaircis la gorge, un gênée.
« Tu … Tu as besoin d’aide, au fait ? »
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Jeu 24 Avr 2014 - 14:05
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Malgré ton air d'abruti, tu n'en es pas un. Comme quoi, les apparences sont parfois trompeuses. T'es même plutôt malin dans ton genre et t'as un don pour sentir les embrouilles et là, tu sais très bien que ton interlocutrice essaye de t'embrouiller pour ne pas dire ce qu'elle n'a pas envie de te dire. Or, s'il y a bien une chose à laquelle tu ne peux pas résister, c'est ça. T'as bien l'intention de découvrir ce qu'elle essaye de te cacher. Ce que tu recherches peut bien attendre cinq minutes, de toute façon, tu doutes que cette plantes soit capable de se sauver en courant sur sa petite tige. Non, ça va, de ce côté-là, t'as le temps. Elle te dit qu'elle cherche quelque chose, mais bien entendu elle ne va pas te dire ce que c'est bien entendu. Fallait s'en douter. Ce n'est pas ce qui va te faire lâcher l'affaire. Enfin, tu te doutes que si t'essaye de savoir ce qu'elle cherche, elle va vouloir savoir ce que toi tu cherches. Bon, ce n'est peut-être pas une si bonne idée que ça. Tu ne dois pas mettre en péril le secret de ton meilleur ami à cause de ta curiosité maladive. Toutefois, tu te dis que tu pourras toujours lui inventer quelque chose, si elle te demande ce que toi tu fais là. Ouais, tu peux faire ça. « Pourtant ça ressemble à une morale et crois-moi j'en ai eu assez pour savoir à quoi ça ressemble. » t'as dis ça avant même de réfléchir. Ce n'est pas faux, t'as tellement eu le droit à te faire sermonner que maintenant tu sais très bien à quoi ça ressemble. On ne te la fait pas à toi.

Tu vois qu'elle regarde autour d'elle et le pire c'est qu'elle essaye d'être discrète, t'ose pas lui dire que ça ne fonctionne pas. Tu ne veux pas briser tout ses rêves. D'ailleurs l'idée te fais sourire. Elle a attisé ta curiosité, qu'est-ce qu'elle peut bien venir chercher dans la forêt à une heure pareille ? Non, parce qu'elle aurait très bien pu attendre qu'il fasse jour pour venir se balader, c'est moins dangereux. Bon, c'est vrai t'aurais pu le faire toi aussi, mais t'es habitué à affronter des choses dangereuses, ton meilleur ami est un loup-garou, peut-on faire plus dangereux que ça ? T'es immunisé. Donc, toi t'as le droit de te balader dans la forêt en pleine nuit. Pour Meredith c'est différent.

Elle te sort de tes pensées en te demandant si tu as besoin d'aide. Ça t'étonne un peu. Enfin, tu pensais qu'elle allait essayé de se débarrasser de toi au plus vite, mais non elle te propose son aide. De plus en plus bizarre. Qu'est-ce que tu vas lui répondre ? Oui, je suis à la recherche d'une plante qui est sensé protéger ma famille des êtres surnaturels qui peuplent Beacon Hills. Tu risques de finir la nuit dans un hôpital psychiatrique ou quelque chose comme ça. Pas sûr que la camisole de force t'aille bien au teint. « Oh non, ça va aller, t'inquiète, mais j'peux peut-être t'aider à trouver ce que tu cherches, tu ne devrais pas rester longtemps dehors à cette heure-là » dis-tu avec un petit sourire taquin. Bon, d'accord là aussi c'est l'hôpital qui se fou de la charité, mais c'était tellement tentant que tu n'as pas pu t'en empêcher et puis bon, c'est un moyen comme un autre de savoir ce qu'elle est venu faire ici. Stiles ne perd jamais le nord. Puis de toute façon, tu aurais bien du mal à lui expliquer ce que tu cherches, toi-même t'as un peu de mal à mettre des mots sur la plante que tu cherches. Tu sais qu'elle se cache près d'un arbre mort, mais bon des arbres morts dans la forêt ce n'est pas vraiment ce qui manque. C'est vrai que tu aurais du y penser avant de te lancer là-dedans alors qu'il fait nuit noire. Ce n'est pas une si bonne idée en fin de compte. Tant pis, faudra faire avec. En attendant, tu reporte toute ton attention vers la brune, attendant qu'elle te réponde. Tu veux savoir ce qu'elle cherche.



made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Ven 25 Avr 2014 - 13:08
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Je commençai à me dire que ma balade nocturne allait s’avérer plus compliquée que ce que j’avais prévu à l’origine. En tout cas, une chose était certaine ; je n’avais absolument pas anticipé le fait que je puisse croiser l’une de mes connaissances du lycée. Pour tout vous dire, j’ignorais jusque-là que je n’étais pas la seule habituée aux balades nocturnes dans la forêt. Car à bien y regarder, Stiles n’avait pas l’air plus déboussolé que ça, bien au contraire même. Il semblait tout à fait être dans son élément. Cette réalisation ne m’enchantait guère, toutefois je faisais de mon mieux ne rien laisser paraître. Je savais qu’il ne me lâchait pas des yeux, je savais qu’il m’observait dans l’attente que je fasse un faux pas qui trahirait la raison de ma présence ici à une heure aussi tardive. Cependant je n’étais pas décidée à lâcher le morceau. Tout comme lui à priori. Je n’étais peut-être pas la plus intelligente dans notre petite ville de Beacon Hills, mais cela ne voulait pas dire que j’étais idiote pour autant. On ne venait pas dans les heures tardives d’un soir qui précédait une journée d’école si on n’avait pas quelque chose à cacher, c’était aussi simple que cela.

Je savais qu’il avait quelque chose à cacher donc. Et il savait que je cachais quelque chose aussi. Néanmoins ni lui ni moi n’étions prêt à nous dévoiler. J’ignorais tous des raisons qui le poussait à se cacher derrière cette façade détachée et moqueuse. Et même si j’avais l’intime conviction qu’il n’avait vraiment pas mauvais fond, je ne pouvais m’empêcher d’être méfiante. De me sentir en danger même. J’aurais aimé pouvoir lui dire que je n’étais peut-être pas celle qu’il croyait, cependant je craignais de mettre ma famille adoptive dans une position inconfortable. Je ne pouvais pas risquer cela, eux qui m’avaient élevée comme leur propre fille après la disparition de mes géniteurs. Je me sentirais bien mal si je venais à être la cause de leur perte alors qu’ils m’avaient toujours protégée, et ce depuis presque plus de dix-sept ans. Je m’en voudrais pour le restant de ma vie, j’en étais certaine. Il fallait toutefois noter que Stiles et moi ne faisions que tourner autour du pot depuis que nous nous étions trouvés entre les arbres. C’était une situation qui m’agaçait au plus haut point et qui ne pouvait durer indéfiniment. Il fallait que lui ou moi prenne le risque de faire le premier pas. Je n’étais pas convaincue qu’il le ferait, alors cela ne semblait dépendre que de moi. Cela n’allait pas me plaire, j’en étais persuadée.
 
La réflexion quelque peu agaçante de l’adolescent me tira de mes pensées. Ainsi donc il prenait ce que je venais de dire pour une morale. Sauf que ce n’était absolument pas mon intention. Je n’avais pas envie de rentrer dans son petit jeu, cela ne ferait qu’empirer notre petite valse autour du pot que nous voulions éviter à tout prix. Je me contentai de soupirer d’un air las, levant les yeux au ciel. J’ignorais s’il pouvait voir ma réaction, et je n’en avais que faire pour tout dire. C’était bien là le cadet de mes soucis. J’avais d’autres chats à fouetter. Je fis mine de ne pas l’avoir entendu, préférant regarder autour de moi dans l’espoir d’entrapercevoir le lierre que je cherchais avec tant d’ardeur. Je me doutais que je n’étais pas spécialement discrète, mais je m’en fichais ; ce n’était pas comme si mon comportement un peu atypique pouvait le mettre sur la piste de quoique ce soit. Il pouvait se douter de quelque chose ; si je ne lui donnais pas les détails, il ne saurait rien de ma véritable nature.
Une vibration dans la poche droite de mon jeans m’interrompit dans mes réflexions. Un peu surprise, je sortis mon téléphone de ma poche, fixant l’identifiant qui s’affichait sur l’écran du petit appareil. Je me retins de lever une nouvelle fois les yeux au ciel, un peu agacée à cause du comportement trop prévisible de mon frère. Je jetai un rapidement coup d’œil à mon interlocuteur avant de prendre la décision de rejeter l’appel. Distraitement, je pianotai sur les touches de mon téléphone pour envoyer un bref message à mon aîné, lui assurant que tout allait bien mais que je ne voulais pas lui parler pour l’instant. Ce qui était vrai ; j’étais agacée par le fait qu’on ne lui ait pas demandé à lui pour aller chercher le lierre, ce qui aurait été plus pratique. Harry était plus grand et plus musclé que moi, il aurait été donc moins louche qu’on le voit lui en pleine forêt plutôt que moi. On avait des comptes à régler lui et moi.
 
La voix de Stiles refusant ma proposition de lui venir en aide me força à reporter mon attention sur lui. Je le regardai un moment avant d’hausser les épaules, l’air indifférent. Si ça pouvait lui faire plaisir … Et puis ça nous permettrait certainement pour ne plus tourner autour du pot.  J’hésitai à lui expliquer clairement ce que je cherchai, avant de finalement soupirer. Je n’allais pas lui dévoiler ce que je voulais cacher, mais si ça nous évitait de tourner en rond. Juste lui dire que j’étais à la recherche de lierre pouvait paraître louche et il se poserait certainement des questions. Questions auxquelles je n’étais pas obligée de répondre après tout.
« Si tu veux. Je cherche du lierre grimpant. Donc si tu en vois sur ta route, tu peux me faire signe ? »
Je n’étais peut-être pas la plus subtile, certes, mais je n’en avais que faire. J’en avais marre de perdre du temps ce soir et j’avais hâte de rentrer. Je voulais ramener le lierre à ma mère, et me blottir dans mon lit, bien au chaud. Chose qui n’arriverait pas de sitôt si Stiles et moi continuions à ne pas faire preuve de maturité. J’en avais vraiment plus qu’assez de tourner en rond. Aussi cela m’importait-il peu s’il posait des questions auxquelles je ne voulais pas répondre par la suite ; je pourrais toujours jouer aux idiotes ou trouver une excuse à deux balles qui passait partout.
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mar 29 Avr 2014 - 7:16
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Tu te demandes ce que tu fais encore là. À la limite, t'aurais juste du lui dire bonjour et rentrer chez toi. T'aurais très bien pu revenir chercher cette fichue plante le lendemain. Non, là tu fais tellement ton curieux que tu restes là à faire ton tétue et à tourner autour du pot plutôt que de partir et vivre ta vie tranquillement. Pourquoi faut-il que tu te complique les choses ? Tu regardes la brune, elle n'a pas l'air de vouloir lâcher le morceau. C'est bien ta veine. Tu joues avec les clés de ta jeep qui se trouvent dans ta poche. On dirait qu'elle est absorbait par quelque chose d'autre. Tu ne peux pas lui en vouloir, tu dois lui paraître chiant, tout comme toi ça t'énerve un peu de ne pas savoir ce que tu as envie de savoir. En plus de ça, tu as horreur de rester en place trop longtemps. Tu n'y peux rien, c'est plus fort que toi tu as besoin de bouger et là on te force à rester immobile trop longtemps.

Tu piétinerais presque tellement t'es impatient de pouvoir te dégourdir les jambes. Ça devrait être interdit de rester à la même place aussi longtemps. D'ailleurs faudrait que tu penses à demander à ton père s'il n'y a pas une loi à ce sujet. On ne sait jamais. Tu refuses son aide pour trouver ce que tu cherches. Si tu devais lui expliquer ceux pourquoi tu es ici, elle comprendrait bien vite qu'il se trame quelque chose de pas normal derrière tout ça et ce n'est vraiment pas une heure pour expliquer l'existence des loups-garous et de toutes autres espèces surnaturelles. Donc tu te passera bien de son aide et tu te débrouilleras tout seul. Cependant, tu ne peux t'empêcher de lui proposer la tienne. Toujours cette fichue curiosité. T'as envie de savoir, c'est plus fort que toi et t'es bien prêt à utiliser tout les moyens qui s'offrent à toi pour arriver à tes fins. Puis bon, tu peux être gentil toi aussi, proposer ton aide, ce n'est pas si mal que ça. Tu attends, te demandant si elle va accepter que tu l'aide ou faire comme toi, refuser directement et te mettre une nouvelle fois face à une impasse. Bon, c'est décidé si elle refuse ton aide, tu la remercie gentiment et tu fait marche arrière. Ça ne sert à rien de perdre plus de temps.

Elle fini quand même par te répondre et à ta plus grande surprise sa réponse est positive. Elle veut bien que tu l'aide. Tiens dont, tu ne t'y attendais pas. Apparemment, elle cherche du lierre. Pourquoi venir chercher du lierre alors qu'il fait nuit , c'est n'importe quoi, elle aurait très bien pu attendre demain. Tu réfléchis un instant, avant de te redresser et de lui demander « Pourquoi tu viens chercher ça maintenant ? T'es une sorcière, t'as l'intention de faire une potion avec du lierre cueillit en pleine nuit ou quelque chose comme ça ? » ouais, bon c'était le seul truc qui t'es venu à l'esprit à ce moment-là. Tu voulais pas parler de druide, ce n'est pas si connu que ça et tu risquais de griller ta couverture. Tout le monde connais les sorcières, ce n'est pas si étrange que ça, si ?



made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Dim 4 Mai 2014 - 16:50
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Être druide n’était pas une partie de plaisir tous les jours. Certes c’était quelque chose de très intéressant et enrichissant, mais devoir cacher ma véritable nature n’était pas quelque chose que j’appréciais particulièrement. Bien que timide, je n’étais pas de nature à ma cacher, à dissimuler ce que j’étais derrière des apparences. Et pourtant c’était quelque chose que je devais faire tous les jours ; je me devais de jouer le rôle de l’humaine parfaitement normale pour ne pas attirer l’attention sur ma personne ou ceux que je considérais comme étant ma famille. Je faisais donc profil bas, ne montrant pas toute l’étendue de mes connaissances bien que ce n’était pas l’envie qui m’en manquait. J’aimerais que les humains dits normaux puissent comprendre que les éléments surnaturels – quand ils étaient utilisés avec parcimonie – n’étaient pas aussi néfastes que ce qu’ils pouvaient croire. Je n’étais pas une sorcière obnubilée par la domination du monde, loin de là même ; ce qui m’intéressait le plus était de conserver l’héritage qui courait dans ma famille depuis des générations et pouvoir aider mes proches. Oui, ma vision de mon don était quelque peu naïve, mais que voulez-vous ? A dix-sept ans j’avais encore toutes mes illusions quant au futur.
Seulement il y avait une chose que je n’avais pas prévu ; Stiles. Bien que très agité, le jeune homme possédait un sens de l’observation assez développé et semblait prêter attention à beaucoup plus de choses que ce qu’il voulait bien laisser paraître. Cela aurait pu se révéler inquiétant si je n’avais pas décidé précédemment notre petite danse autour du pot tout à fait immature. Je me doutais qu’il n’était pas exactement innocent, qu’il en savait plus que ce qu’il voulait bien laisser voir, mais après je ne pouvais dire s’il était vraiment du genre à faire bon usage de ses connaissances. J’aurais envie de dire que oui, cependant dans ce domaine il était impossible d’être sûr à cent pour cent ; les gens les plus généreux et les plus doux s’étaient transformés en monstres attirés par le pouvoir. Personne n’était donc à l’abri, moi la première. Toutefois je m’efforçais de garder les pieds sur terre et de ne pas perdre de vue l’essentiel ; rester fidèle à moi-même et les principes que l’on m’avait inculqués dès mon plus jeune âge.

Je me retins d’éclater de rire lorsque Stiles me demanda si j’étais un genre de sorcière pour venir chercher du lierre à une heure si tardive. Il était vrai que dans l’imaginaire collectif, l’image des sorcières était la plus répandue et reléguait l’image des druides sur le second plan, les faisant même passer pour des charlatans de temps à autres. Je me mordis l’intérieur des joues, affichant donc une drôle de grimace, pour ne pas rire à gorge déployée. Je n’étais pas sûre que rire était la chose à faire alors que mon interlocuteur tentait tant bien que mal de sauver les apparences de son côté. Peut-être faudrait-il que je lui fasse remarquer que ce n’était pas quelque chose de nécessaire puisque je me doutais qu’il y avait anguille sous roche. Je lui adressai pour la première fois un regard chaleureux avec l’ombre d’un sourire étirant le coin de mes lèvres. Puis je bougeai le faisceau de ma lampe de poche de façon à voir ce qui nous entourait.
« Si c’est la version de l’histoire qui te convient le mieux, alors oui je suis une sorcière. Je marquai une courte pause avant de reprendre, les yeux braqués sur lui. Dis-moi Stiles, tu crois au surnaturel ? »
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Lun 5 Mai 2014 - 0:56
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Combien y avait-il de chance pour que tu tombe sur Meredith en plein milieu de la nuit dans la forêt alors que tu cherchais de quoi protéger ta maison ? Très peu, c'est vrai et pourtant, elle est là devant toi. Faut bien que tu fasses avec et apparemment elle n'a pas l'intention de te dire pourquoi elle est là si tardivement. Alors, tu fais ce que tu fais toujours. Tu te débrouilles pour avoir les informations que tu veux comme tu le peux. Tu tournes autour du pot, la pousse dans ses retranchements. Tu as besoin de savoir, tu sais très bien que ta curiosité est maladive, mais c'est plus fort que toi, t'es obligé.

Finalement, elle te dis qu'elle cherche du lierre. Franchement, qui vient chercher du lierre en plein milieu de la nuit ? Non, c'est pas possible. Ça te fais sourire et tu lui demande si elle n'est pas une sorcière. T'as trop regardé Buffy contre les vampires quand tu étais petit. Mais bon, ça à le don de la faire sourire et puis c'était le seul truc qui t'étais passé à l'esprit à ce moment-là. Tu aurais pu lui parler de druides, ces derniers temps on t'en as tellement parlé que ça aurait presque été normal, mais tu sais très bien que ce n'est pas normal pour les gens dit « normaux » alors fallait que tu trouves une autre référence et quoi de mieux que les sorciers?Bon t'imagine mal Meredith avec un chapeau pointu et une verrue sur le nez, mais peut-être qu'elle a du bon maquillage ou un bon chirurgien esthétique, tu ne sais pas trop.

Tu arques un sourcil à sa réflexion sur la version de l'histoire, que voulait-elle dire par-là ? Elle paraissait étrange soudainement. Ton cerveau se remet en route, te posant des dizaines de questions à la fois. Tu réfléchis et d'un coup elle te coupe en te demandant si tu crois au surnaturel. Heureusement que vous êtes dans le noir, parce que ton visage change d'expression l'espace d'un instant. Tu te demande si elle parle du même surnaturel que toi ou simplement des trucs qu'on peut croiser sur internet avec des photos truquées et tout ce genre de trucs. Tu te reprend et prend un air faussement désabusé. « Un curieux comme moi, qui passe des heures aux Chêne Lecteur, bien entendu que je crois au surnaturel, mon film préféré c'est Ghost Buster » pas du tout en fait, même si t'aimes bien ce film tu le trouves juste totalement kitch, mais tu pouvais pas lui dire ah ouais, carrément, même que mon meilleur ami est un loup garou. Non, ça n'aurait certainement pas passé. Fallait bien trouver quelque chose d'autre. « Pourquoi tu me demandes ça ? Tu vas sortir ton balai et t'envoler dans la nuit ? »



made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mar 6 Mai 2014 - 12:49
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Je ne savais trop quoi penser de la situation dans laquelle je me trouvais. Je ne me sentais pas en danger, contrairement à ce que je pouvais croire. J’étais sur le point de révéler à l’un de mes camarades de classe que j’étais Druide et que je le soupçonnais de ne pas être aussi innocent que ce qu’il voulait bien laisser paraître … Et je ne me sentais pas plus angoissée que cela à cette idée. Bien au contraire même, je me sentais plutôt légère. Je n’imaginais pas Stiles en tant que Darach ou autre. Il devait savoir certaines choses, beaucoup de choses, mais probablement pas pour s’en servir de la mauvaise façon. J’avais bien conscience qu’en pensant ainsi j’enfreignais la règle numéro une – ne jamais se fier aux apparences – toutefois je n’avais pas l’impression que mon homologue puisse faire quoique ce soit de mal, tout du moins pas intentionnellement. Il ne pouvait vraiment pas être méchant. Vraiment pas … A moins que tout cela ne soit qu’un piège pour m’amadouer, mais je ne pensais pas que ça soit le cas.
Sa réflexion sur Ghost Buster et sa révélation quant au fait qu’il fréquentait régulièrement le Chêne Lecteur me tira un petit éclat de rire. Je lui lançai un regard amusé, les sourcils légèrement arqués et un sourire un peu moqueur étirant le coin de mes lèvres. Ghost Buster était un des films que je ne pouvais supporter ; je le trouvais grossier, peu intéressant … Mais là n’était pas la question. Stiles tournait encore autour du pot et je me devais de le faire cesser, sinon nous ne parviendrons à rien ce soir et j’aurais perdu mon temps plus qu’autre chose. Soupirant, je croisai mes bras sous ma poitrine, humectant mes lèvres sèches du bout de la langue.
« Arrête donc de te faire passer pour plus idiot que ce que tu es vraiment Stiles, je sais que tu es au courant de plus de choses que ce que tu veux bien laisser paraître … Sinon pourquoi te baladerais-tu dans la forêt en pleine nuit, hm ? »
Franchise franchise, quand tu nous tiens … Il n’y avait pas d’autres moyens pour le faire arrêter de tourner autour du pot, j’en étais persuadée. Alors j’avais joué le tout pour le tout, lui annonçant de but en blanc que j’étais suspicieuse à son sujet. D’un pas souple et mesuré, je m’approchai de lui, les bras toujours croisés. Je m’arrêtai à quelques centimètres de lui, levant légèrement les yeux pour pouvoir ancrer mon regard dans le sien. J’avais laissé tomber mon air amusé pour en afficher un beaucoup plus sérieux qui se prêtait d’avantage à la situation actuelle. Ce n’était pas une mauvaise blague que je m’apprêtais à lui faire et il devait bien le comprendre à ma façon de le fixer intensément. La situation était sérieuse bien que loin d’être dramatique. Sa réflexion sur les balais des sorcières me fit lever les yeux au ciel. Je le regardai, quelque peu dépitée, avant d’hausser les épaules, l’air désinvolte.
« Ainsi donc, tu ignores que les Druides et les Sorcières n’ont absolument rien en commun … Dommage, tu viens de baisser dans mon estime. Je te pensais plus intelligent que cela quand même. »
Voilà, c’était dit. Quitte ou double. Soit il allait me prendre pour une folle, soit il allait comprendre de quoi je parlais … Et en tout honnêteté, je penchais plus pour la seconde option.
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mer 7 Mai 2014 - 8:37
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Lart de parler pour ne rien dire tu maîtrrise bien, donc tu peux continuer comme ça pendant bien longtemps. Sauf que ça là ça risque de s'éterniser et franchement t'en as pas forcément envie. T'aimerais bien pouvoir allé dormir quand même. T'es un peu surpris quand Meredith te dit d'arrêter de faire l'imbécile – ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'on te le disais – mais tu sais très bien qu''elle n'a pas tort, tu en sais plus que ce que tu veux bien le dire. Toutefois, tu te dois de le cacher pour protéger ton meilleur ami. Mais en y regardant de plus près, tu te dis que la brune face à toi n'est pas si innocente que ça. Pourquoi elle serait-là sinon ? « Je ne pourrais pas simplement aimer les balades au claire de lune ? Il paraît que ça aide à se ressourcer. J'en ai besoin pour l'entraînement demain, j'aimerais bien être sélectionné au prochain match. » là, ce n'est pas un mensonge. T'aimerais pouvoir mettre les pieds sur le terrain un de ces jours, pendant un match officiel. Parce que les entraînements c'est bien sympathique, mais à la longue c'est lassant.

Tu n'es pas encore prêt à lâcher le morceau, même si Meredith à l'air d'être bien déterminée à te faire dire ce qu'elle veut. Elle s'approche de toi et plonge son regard dans le tiens. Tu ne lâche rien et soutiens sont regard avec un petit sourire. Tu te demandes bien comment elle va s'y prendre pour t'amener là où elle veut et surtout, tu te demande ce qu'elle sait vraiment elle. Parce que bon, le surnaturel c'est plutôt vague. Elle pourrait très bien te parler de fantômes. Donc, tu ne vas pas te mettre à lui parler de loups-garous tout de suite, pour plus de sûreté. T'as beau être quelqu'un qui parle beaucoup, t'as appris à contrôler plus ou moins les informations qui sortent de ta bouche. Surtout en pleine nuit quand tu te trouves dans une forêt

Et là elle te demande si tu ignore la différence entre un druide et une sorcière. Bon, tu ne t'avances pas trop si tu lui répond que si. C'est bien connu que tu es quelqu'un qui s'intéresse à beaucoup de choses et qui à l'air de rien une culture assez vaste. « Les druides ne se sont pas vraiment fait décimé à Salem. Ils n'y ont certainement jamais mis les pieds vu la période dans laquelle ils ont prospéré. » tu hoche la tête avant d'enchaîner « De plus, ils ne sont pas si différents que ça. Les sorciers comme les druides se servent de plantes pour soigner et altérer les choses. C'est juste Halloween qui a dénaturé les sorcières. Mais je doute qu'on en trouve des masses à Beacons Hills... des druides par contre.... » tu réfléchis un instant avant de vraiment regarder Meredith, une nouvelle lueur dans le regard « T'en fais partie ? T'es un peu jeune non ? Je les imaginais avec une plus grosse barbe. » non, pas vraiment, mais ce stéréotype te fais bien rire.



made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Mer 7 Mai 2014 - 21:31
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Je levai les yeux au ciel. Les balades au clair de lune ? A part si Stiles était un irréductible romantique – chose dont je doutais quelque peu, il semblait si maladroit – je ne l’imaginais guère se promener une fois la nuit tombée. Il ressemblait plus au geek de base qui passait ses soirées sur son ordinateur à jouer un MMORPG quelconque – oui, je savais ce qu’était un MMORPG, mon frère Harry a assuré ce point de mon éducation – ou encore à traîner sur le net sans but réel. Maigrichon comme il l’était, je doutais que sa présence en ces lieux ce soir soit réellement pour se ressourcer afin de pouvoir jouer au prochain match de l’équipe de lacrosse. Me prenait-il donc pour une idiote ou agissait-il ainsi avec tout le monde ? Je ne pouvais vraiment le dire ; je n’étais pas proche de lui, je n’étais donc pas habituer à son comportement relativement déstabilisant. Je posai de nouveau mon regard sur lui, l’air perplexe. J’avais beau essayé de deviner ce à quoi il pensait, je n’y parvenais pas. Je n’arrivais pas à le cerner et ça avait quelque chose de frustrant ; je ne savais trop comment l’aborder, le forcer à affronter les choses telles qu’elles étaient était quelque chose de difficile pour moi. J’avais beau tenté de mettre ma timidité de côté, je la sentais qui me titillait à chaque instant que je passais avec lui, me proposant de manière tentatrice de partir me cacher sous mes couvertures et d’oublier que je l’avais rencontré ce soir.
Je n’allais toutefois pas baisser les bras aussi facilement, je n’allais pas laisser ma timidité avoir le meilleur de moi-même une fois de plus. Je me devais de me surpasser … Et surtout ce soir. Ce n’était pas une tâche si difficile après tout, hm, j’étais dans mon domaine, je savais de quoi je parlais. Je n’allais pas passer pour une idiote car j’excellais dans ce domaine-là. J’agitai ma torche nerveusement, détournant le regard de la silhouette de l’adolescent qui me faisait face. Je me décidai de fixer la cime des arbres distraitement, l’air presque absent. Je me demandais quelle heure il pouvait bien être ; cela devait bien faire une demi-heure que Stiles et moi bavassions sans rien faire d’autre. Il faudrait peut-être que je me dépêche, sinon j’allais me prendre un savon en rentrant ; Maman n’était jamais de bonne humeur quand elle s’inquiétait trop pour nous. Je soupirai, ça allait vraiment barder pour moi ; ce genre de missions me prenait rarement plus d’une heure à l’accoutumée, mais mon camarade m’avait bien retardé. M’enfin … Je pourrais bien trouver une excuse sur le chemin ou simplement dire que j’ai eu du mal à trouver le lierre grimpant que l’on me réclamait.

La voix de mon interlocuteur me força à émerger de mes pensées, alors qu’il évoquait Salem, Halloween et tout le reste. Il avait raison sur un point ; les druides et les sorcières n’étaient pas si différents que cela au fond. Ils utilisaient l’énergie magique qui les entourait. Mais il y avait tout de même une certaine subtilité entre les deux ‘’races’’ ; un druide fait usage de plantes et parfois de magie pour les autres, alors que les sorcières le faisaient pour elles-mêmes. J’étais une druide et fière de l’être ! Le fait que Stiles puisse confondre les deux sortes me chiffonnait et je ne pus m’empêcher de vouloir le corriger.
« Ne confonds pas sorcières et druides, s’il te plaît. dis-je d’abord un peu sèchement avant de m’éclaircir la gorge et de reprendre sur un ton plus doux. Les sorcières n’agissent que par pulsions égoïstes, elles n’agissent que pour leur propre bien sans se soucier de celui des autres. Les druides en revanche ont pour vocation de venir en aide à leur entourage. Voilà où se trouve la différence entre un druide et une sorcière … Halloween n’en a pas tant rajouté que ça au final. »
Je relâchai bruyamment la respiration que j’avais retenue en parlant, expliquant patiemment à Stiles la subtilité entre les sorcières et les druides. Ça m’agaçait de voir que les gens ne voyaient aucune différence entre eux et je me sentais constamment obligée de leur expliquer. Je me mordis l’intérieur des joues pour calmer mes ardeurs et affichai un sourire amusé suite aux stéréotypes que me présentait mon interlocuteur. Je laissai même un petit rire amusé m’échapper.
« Être druide ne veut pas seulement dire être un vieux crouton et participer aux concours pour savoir qui a la barbe la plus longue, tu sais … Oui je suis une druide. Encore en formation pour l’instant … »
Je marquai une courte pause avant de me mettre à marcher, l’invitant d’un mouvement de main à me suivre.
« A la base, je suis issue d’une famille de druides, mon nom d’origine est Lou Meredith Dawnson. D’émissaires même … Tu sais ce qu’est un émissaire ? Mon père en était un. Il a été massacré avec ma mère alors que je n’avais que quelques mois par des chasseurs. J’ai été adoptée par les Brandford, des amis de ma famille. Ils m’ont accueillis sous leur toit comme si j’étais leur propre fille … Et étant eux aussi des druides, ils m’ont formé de façon à ce que je ne perde pas l’héritage familial. C’est pour ça que j’suis là ce soir pour chercher du lierre, ma mère me l’a demandé. »
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Jeu 8 Mai 2014 - 5:23
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



L'heure tourne et tu commences à sentir l'appel de ton lit, tu n'aurais pas du venir ce soir, t'aurais du attendre demain matin. Là t'arrive juste à perdre ton temps à discuter de choses bien trop banales pour une heure pareille. T'espère que ton père ne va pas rentrer entre temps, sinon il risque de s'inquiéter en ce demandant où est-ce que tu as encore bien pu te fourrer et franchement, tu ne te vois pas lui expliquer que tu étais dans la forêt pour aller cueillir des plantes en pleine nuit. Il te prendrait pour un fou, c'est peut-être ce que tu es au final. Et voilà que vous vous mettez à parler de druides et de sorcières, vraiment. De mieux en mieux. Ces derniers temps, les druides occupent beaucoup de ton temps. Mais étrangement, tu te sentais mieux au Chêne Lecteur, le sommeil n'était pas là déjà. T'as tendance à être un peu bougon quand tu commences à fatiguer, comme un vrai gosse. Elle te dit de ne pas confondre druides et sorcières, ça à l'air de lui tenir à cœur. Tu l'écoutes avant de dire quoique ce soit. Elle te parle de l'égoïsme des sorcières. C'est possible, tu n'en connais pas personnellement et tu ne peux pas juger de ce fait, mais il ne faut peut-être pas trop abusé. De ce que tu as pu apprendre des druides grâce à Daniel et à ses livres, les druides ne sont pas si altruistes que ça. « Quand on t'écoutes, on a l'impression que les sorcières sont les méchantes et les druides les gentils, pourtant il me semble que les druides ont leur part d'ombre eux aussi, les druides grecs étaient plutôt connus pour leur mégalomanies. » ça risque de ne pas lui plaire, mais tu n'as pas l'intention de te plier à ses idées juste pour ses beaux yeux. Elle n'est pas la seule à connaître un tant soit peu ce genre de personne et tu ne vas pas l'écouter bêtement.

Elle t'avoue qu'elle est une druidesse en formation. Étrangement, ça ne te choque pas tant que ça. Pourquoi pas, de toute façon plus rien ne t'étonnes à Beacon Hills. Tu te demandes en quoi ça peut bien consister une formation de druides « Y a une école de druides à Beacon Hills ? » demande-tu curieux, t'en doute, mais t'as besoin de déconner pour oublier la fatigue. Meredith t'explique un peu son histoire, la mort de ses parents à cause du travail d'émissaire de son père « Je sais ce que c'est, oui. » enfin, vaguement, t'en as entendu parlé par Deaton, ils sont sensés aidé les loups-garous à vivre normalement. Un peu comme les premiers druides avec Lycaon et sa famille. Une sorte de tradition, les druides se doivent de surveiller les êtres surnaturels, comme eux ont besoin des druides pour pouvoir vivre normalement. C'est un échange de bon procédés en quelque sorte. « Chasseurs de quoi ? » finis-tu par demander, plus ça va et plus tu te dis que les chasseurs ne sont pas si propres que ça. Entre Kate qui a foutu le feu à un manoir plein d'innocents, juste par pur folie et Gerard qui s'est servit de sa petite fille pour pouvoir obtenir la morsure, histoire de ne pas mourir d'un cancer... les chasseurs sont vraiment des gens dont ils faut se méfier. Elle t'explique donc enfin pourquoi elle est là. Elle a besoin de trouver du lierre pour sa mère. À quoi est-ce que ça peut servir. « Et pourquoi tu viens chercher ça aussi tard ? Ça a une influence quelconque ? »



made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Invité

Invité
Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Ven 9 Mai 2014 - 11:43
Walk under the Moonlight
Stiles ∞ Meredith
Marchant dans la forêt, j’entendais les feuilles mortes et les branches tombées de leurs arbres craquer sous la semelle de mes chaussures. Mon interlocuteur me suivant, je ne ressentais pas le besoin de regarder par-dessus mon épaule pour vérifier s’il parvenait à suivre le rythme. Le faisceau de ma lampe fixée sur le chemin que j’empruntais, j’avançais lentement mais sûrement. Seule la voix de mon homologue me tira de mon état d’esprit plutôt paisible dans lequel je m’étais plongée après lui avoir expliqué certaines choses. Le fait de me confier à lui – bien que nous n’étions pas particulièrement proche – et le fait qu’il ne m’ait pas prise pour une folle m’avait étrangement apaisée, étrangement libérée. Ce n’était pas comme si j’attendais son accord pour quoique ce soit ou autre, toutefois je n’avais pu m’empêcher de sourire lorsqu’il n’était pas partit en courant ou en hurlant. Sourire qui se fana rapidement lorsqu’il m’accusa de faire passer les sorcières pour ce qu’elles n’étaient pas, mettant dans la lumière que certains druides avaient eux aussi leur part d’ombre. Les sourcils froncés, je m’arrêtai de marcher pour me tourner vers Stiles. Je n’avais jamais accusé les sorcières d’être de vieilles femmes avec les doigts crochus et un balais à poils longs pour s’envoler les soirs de pleine lune. Aussi agacée, je pris sur moi pour lui expliquer le fond de ma pensée.
« Je n’ai jamais nié le fait que les druides pouvaient … dériver. Ça arrive plus souvent que ce que tu peux croire, crois-moi. Seulement les sorcières sont égoïstes, c’est tout. Pas nécessairement méchantes, mais égoïstes. »
J’affichai une moue peu satisfaite avant de tourner les talons, telle une enfant en plein caprice. Mais je n’en avais que faire. Je ne voulais pas que Stiles se méprenne sur ce que je pouvais dire. Je n’étais pas hautaine, je n’étais pas méprisante, je n’étais pas ce genre de filles qui regardait les autres de haut parce qu’ils étaient différents de moi. Ce n’était pas comme ça que j’avais été éduquée. Enfin, ce n’était pas non plus la peine d’en faire tout un plat, mais tout de même. Je n’étais pas du genre à cracher sur les sorcières ou autres êtres faisant partie de la catégorie surnaturelle de la population.
Mon agacement s’évanouit subitement lorsque l’adolescent me demanda s’il y avait une école de druides à Beacon Hills. J’éclatai de rire. Une école de druide, à beacon Hills ? On aurait tout vu ou presque ! Je secouai la tête vivement, faisant voleter mes mèches brunes autour de mon visage. Je lui jetai un regard amusé par-dessus mon épaule. Il me demanda ensuite quel genre de chasseurs était responsable de la mort de mes parents après m’avoir affirmé qu’il savait ce qu’était un émissaire. Je mis un moment à répondre, lui laissant le temps de m’interroger sur l’heure tardive de ma présence dans la forêt.
« Des chasseurs quoi … Pas ceux qui tirent sur les lapins ou autres. Mais tu sais ce qu’est un émissaire, donc tu dois te douter de la nature de ces chasseurs. Je marquai une pause avant de reprendre, avec une voix plus légère. Absolument pas ! Je n’ai pas eu le temps de le faire plus tôt et comme j’ai promis à ma mère de lui rapporter le lierre pour ce soir … »
   
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Don't be afraid of the dark
Infos Messages : 1412
Date d'inscription : 07/03/2014

Fiche
More about
Relations :
Inventaire:
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles Sam 10 Mai 2014 - 2:59
Walk under the moonlight
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



T'as un petit sourire amusé sur le visage quand elle se retourne vers toi l'air pas contente du tout. Tu trouves ça plutôt amusant l'air de rien, mais tu ne bouges pas. Si elle pense te faire peur, il faut qu'elle comprenne que tu as vu bien pire. Elle n'est pas la seule à s'y connaître un peu en surnaturel et malheureusement pour elle, tu n'es pas du genre à te laisser convaincre facilement. Tu as eu l'occasion de faire des recherches sur les druides et même si tu respectes leur art, ce n'est pas pour autant que tu vas les mettre sur un pieds d’est-al. Bien au contraire. Comme tout le reste, il y en a des bons et des mauvais. Toutefois, tu acquiesces quand même à son affirmation, après tout tu n'as pas de preuve du contraire. « Je n'ai jamais dis le contraire, je ne connais de sorcières et je ne préfères pas juger sans connaître. »

Tu gardes un air détendu, finalement, cette petite balade peut s'avérer intéressant, t'es avides d'en connaître plus sur la culture des druides, tu la trouves extrêmement intéressante et si Meredith dit vrai, elle en apprend les bases. Ça peut s'avérer utile. Même si pour l'instant, elle n'a pas l'air d'être vraiment ouverte à la discussion. Tu ne désespères pas, à la base, elle n'était pas vraiment prête à te parler de ce qu'elle était venue faire ici. Comme quoi, quand on est une tête de mule comme toi, on finit toujours par avoir des réponses à ses questions. Il faut juste être un peu patient.

Apparemment, il n'y a pas d'école de druides à Beacon Hills, tu t'en doutais un peu à vrai dire. Ça ne coûte rien de demander. Tu pousses tes questions un peu plus loin, ta curiosité toujours là. Tu veux savoir ce qui s'est passé avec ses parents. Ce n'est peut-être pas très adroits comme questions. Tu n'aimes pas forcément qu'on s'approche trop près des questions qui concernent ta mère, c'est peut-être pareil pour elle. Tu y as pensé trop tard, les mots étaient déjà sortis de ta bouche. Tu ne t'ai pas rendu compte qu'en lui disant que tu savais ce qu'était un émissaire tu lui as fait comprendre que tu connaissais la présence des loups-garous. C'est vrai que sans eux, il n'y aurait pas vraiment besoin d'émissaires. C'est logique. Tu devrais apprendre à réfléchir avant de parler Stiles, ça ne pourrait pas te faire de mal. « Admettons que je sache qui ils sont, je ne comprend pas pourquoi ils s'en sont prit à tes parents... c'était des humains. » une nouvelle fois tu t’aperçois que le monde n'est décidément pas tout noir ou tout blanc. Les chasseurs sont sensé être là pour protéger les gens et pourtant ils ont tués des innocents. Puis elle change de sujet et t'expliques pourquoi elle est là aussi tard. Ça n'a rien à voir avec une certaine propriété du lierre arraché une fois la nuit tombé. Juste un manque de temps. T'as tendance à te faire trop de films parfois. « Oh comme elle est obéissante. » dis-tu en riant. « Je crois que j'en ai vu là-bas. » dis-tu en montrant un arbre un peu plus loin.


made by pandora.



▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║▌│█║▌║▌║

Don't get too close it's dark inside
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lose-your-mind.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Infos
Fiche
MessageSujet: Re: « Walk under the Moonlight » ✖ Stiles
Revenir en haut Aller en bas

« Walk under the Moonlight » ✖ Stiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]
» Forum : moonlight city

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lose your mind :: Have fun :: RP-